User avatar
El Nino
Posts: 508
Joined: Mon Sep 03, 2007 12:46 pm
Location: Rhône-Alpes France

Conseils de jeu : Marius vs Sulla

Thu Jun 26, 2014 2:12 pm

ROME : LE PARTI DES OPTIMATES

Contexte. Les conquêtes romaines successives de ce dernier siècle ont entrainé les chevaliers, entrepreneurs publicains à s’enrichir sans cesse, allant jusqu’à se croire les égaux des nobles. Pour les Patres, membres du Sénat de Rome issus de cette nobilitas, l’évolution démocratique n’a que trop duré, et ils fondent alors le parti des Optimates. En 89, ceux-ci remportent la guerre sociale contre les Italiotes qui souhaitaient obtenir les mêmes droits que les citoyens romains. Mais au même moment, le roi Mithridate VI du Pont entra en guerre contre la République. Marius, grand général du parti des Populares, jaloux de la décision d’envoyer Sylla contre ce nouvel ennemi fomenta un complot qui échoua. Après le départ de Sylla vers l’Orient, l’un des deux consuls de l’année 87, Cinna, chercha à faire revenir Marius d’exil, mais fut à son tour chassé. Il leva alors des troupes et marcha sur Rome…
Objectifs. Ils sont nombreux. Tout d’abord, vaincre Mithridate et le repousser d’Europe, pour ensuite l’acculer en Asie. Attention cependant à ses multiples corps de batailles. Une flotte de guerre sera également essentielle, pour prendre la maîtrise des mers et enfin repasser en Italie, afin de renforcer ou rependre Rome.

Atouts.

- Sylla possède au départ cinq légions expérimentées quasiment invulnérables. Point. Il faudra donc les conserver face à un adversaire aux effectifs illimités.
- Les Optimates possèdent des alliés loyaux, comme Rhodes ou encore la Numidie. Il pourra aussi être question de rétablir si besoin sur leurs trônes légitimes les rois de Bithynie et de Cappadoce, actuellement exilés par Mithridate, pour qu’ils puissent lever de nouvelles troupes au profit de Sylla.
- Si Sylla ne possède pas de flotte de guerre au début du scénario, le questeur Lucullus basé à Corcyre peut en monter une en se rendant de port en port auprès des nations de Méditerranée orientale.
- Les chefs optimates sont généralement puissants, particulièrement la famille Pompeius (père et fils).
- Mithridate peut être contraint à demander la paix, ce qui permettrait ensuite de retourner l’ensemble des forces des Optimates contre les Populares…

Faiblesses.

- L’Italie sans Sylla reste fragile au départ du jeu, et il sera difficile de la conserver face à Marius.
- Les Optimates ne possèdent pas de nombreuses régions, presque toutes sont aux mains de leurs ennemis.
- Sylla doit combattre sur deux fronts ses deux adversaires qui, heureusement, ne s’apprécient pas.
- Attention à l’instabilité numide, et à ne pas pousser les armées optimates trop loin à l’est, le roi d’Arménie, gendre de Mithridate, pourrait s’en inquiéter…

Conclusion. La position centrale n’apparait pas toujours l’idéal, et il faudra vaincre un adversaire pour se retourner contre l’autre. Sylla a débuté par Mithridate et l’a emporté… L’inverse est il possible ?

User avatar
El Nino
Posts: 508
Joined: Mon Sep 03, 2007 12:46 pm
Location: Rhône-Alpes France

Thu Jun 26, 2014 2:13 pm

ROME : LE PARTI DES POPULARES

Contexte. A la suite des grandes conquêtes de la république romaine, des monceaux d’or, de richesses et d’esclaves affluèrent à Rome. Pour le peuple, ce fut le début des difficultés pour trouver du travail, ceux-ci étant désormais concurrencés par une main d’œuvre servile toujours plus nombreuse. En même temps, les Italiotes non-romains revendiquaient les mêmes droits que les citoyens. Le parti des Populares vit là l’occasion d’accroitre son influence. Parmi ceux qui le composaient, les chevaliers, publicains enrichis par l’exploitation des conquêtes, usèrent de démagogie pour pousser le sénat à s’emparer de nouveaux territoires. Dans le même temps, ils poussèrent le peuple à réclamer de nouveaux droits auprès des nobles, ceci afin de détruire cette classe sociale, et de s’emparer du pouvoir. Les nobles unis dans le parti des Optimates, engagèrent le bras de fer.
Objectifs. Le parti des Populares doit prendre Rome au plus tôt, et éliminer toutes les troupes optimates d’Italie. C’est sa priorité absolue. Il doit ensuite protéger son domaine du retour des légions de Sylla (ou de Mithridate !). Les territoires d’Afrique et d’Hispanie rapportent, mais les Lusitaniens et Numides ne sont pas à négliger. Enfin, il est toujours possible d’envoyer un corps expéditionnaire combattre Mithridate en Orient, les points de victoire sont toujours bon à prendre !

Atouts.

- Tôt dans la partie, le parti bénéficie de chefs puissants comme Marius et Cinna. Attention à leur fanatisme démocratique cependant.
- De nombreuses légions peuvent être levées en Italie, grâce à Marius.
- Les Socii italiens sont dévoués à la cause des Populares, et ceux-ci peuvent les renforcer massivement, surtout vers la fin du scénario.
- L’Hispania est quasiment hors d’atteinte des Optimates. Elle doit donc servir de base de repli le cas échéant (attention aux tribus ibériques !).
- L’Afrique est menacée par le roi des Numides, mais susciter un prétendant ne devrait pas poser trop de problèmes…

Faiblesses.

- Les chefs populares sont généralement moins bons que ceux de leurs ennemis, surtout vers la fin du scenario. Marius n’est plus jeune et il peut mourir assez tôt…
- Les optimates n’ont pas de flotte de guerre, mais vont tenter de s’en créer une rapidement en Orient via Lucullus. Pour les Populares c’est pire, il faut tout construire à partir de rien.
- Mithridate ne fera pas de cadeau aux Populares, surtout s’il remporte la victoire contre Sylla. Sa flotte est imposante et il contrôle les mers orientales.
- Les armées Populares possèdent moins d’expérience que celles des Optimates, et n’ont pas d’alliés en Orient.

Conclusion. Il faut frapper fort d’entrée en Italie. Puis entravez les victoires des Optimates en Orient afin d’empêcher le retour de Sylla à Rome !

User avatar
El Nino
Posts: 508
Joined: Mon Sep 03, 2007 12:46 pm
Location: Rhône-Alpes France

Thu Jun 26, 2014 2:14 pm

LE ROYAUME DU PONT

Contexte. Petit royaume barbare isolé sous influence hellénistique, il prit un essor sous l’action de son jeune et brillant monarque Mithridate VI Eupator. Philhellène, cultivé, cruel et ambitieux, le roi subjugua ses voisins du nord et maria sa fille au roi Tigrane d’Arménie, dont le royaume était lui aussi en pleine extension. Il chercha ensuite à réduire l’influence de Rome en Asie, arma une immense armada et de grandes armées, puis envahit la Cappadoce. Rome, alors en pleine guerre sociale demanda à Nicomède de Bithynie de donner une leçon à Mithridate, en attaquant sa frontière. Ce dernier se plaignit au sénat et devant son refus de punir Nicomède, il lâcha ses armées en 88 sur l’Asie Mineure et l’Europe. Les Grecs se rallièrent à lui sauf Rhodes que Mithridate assiégea en vain. Mais les légions de Sylla arrivent…
Objectifs. Le Pont doit tenir et consolider ses positions face à Sylla. La Macédoine doit tomber et les Thraces peuvent y aider. Athènes doit tenir le plus longtemps possible. Enfin, les Romains ne doivent pas passer en Asie. Attention à Lucullus qui peut rapidement monter une flotte de guerre en Méditerranée.

Atouts.

- Le Pont possède des armées énormes en effectifs, et peut recruter à outrance.
- Le royaume dispose de chars de guerre scythes, aux roues armées de lames et de faux.
- Il dispose de nombreux chefs solides, dès le début du scénario.
- Ses flottes de guerre contrôlent les mers orientales au départ du jeu, et de multiples pirates harcèlent les navires de commerce ennemis. Il est essentiel de conserver cet atout.
- Le roi Tigrane d’Arménie dispose de forces gigantesques mais immobiles, à moins que Rome ne s’acharne contre Mithridate trop loin à l’est…
- Les Populares sont de bons alliés de revers contre Sylla, mais ils peuvent aussi attaquer le Pont. S’ils le peuvent, ils le feront.
- Mithridate peut demander la paix aux Optimates, s’il sent la guerre perdue. Ce ne sera en fait qu’une trêve momentanée…

Faiblesses.

- Les troupes pontiques sont de faible qualité, ce qui peut entraîner de graves pertes en points de moral.
- Les zones de recrutement sont loin des zones de combat. La gestion des flottes de transport devient alors vitale.
- Rhodes demeure un coin enfoncé dans le système de défense du Pont.
- Si les Populares envoient des troupes en Orient, il y aura alors deux armées à combattre.
- Nicomédie et Eusebeia sont à défendre : ce sont les capitales occupées des royaumes de Cappadoce et de Bithynie. Les Romains chercheront à remettre sur le trône leurs souverains légitimes pour ensuite lever des troupes en plein cœur de l’Asie.
- Les Galates (Celtes installés en Asie), la Colchide, le Bosphore… rien hormis le territoire du Pont n’est vraiment sur…

Conclusion. Si Sylla est battu, alors rien ne peut plus arrêter Mithridate.

User avatar
Pierrus21
Private
Posts: 26
Joined: Mon Sep 24, 2012 11:36 pm
Location: Toulouse (France)

Sun Jun 29, 2014 4:49 pm

Ce scénario est très dur, peut importe la faction que l'on choisie de jouer.
Si vis pacem para bellum ; Qui veut la paix prépare la guerre (Végèce)
L'argent est le nerf de la guerre (adage romain)

Return to “Quartier-général "AJE: Alea Jacta Est"”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 0 guests